Error : File plugins/slideshowck/autoloadarticlecategory/helper/helper_autoloadarticlecategory.php not found !

Sommaire de cet article

La fabrication de la vitamine A chez Adisseo

Adisseo, à Commentry dans l’Allier, est une usine spécialisée dans la nutrition animale. Dès le début des années 80, cette usine met au point procédé de fabrication de la vitamine A moins cher et plus rentable que ses concurrents et qui utilise un élément dénommé le chloracétal C5. Ne me demandez pas trop ce que c’est et comment ça marche, toujours est-il que ça permet de synthétiser la vitamine plus vite et moins cher que les petits copains sur le même marché !

Inquiets des répercussions que pouvait avoir ce fameux chloracétal sur les salariés, le CHSCT et la médecine du travail ne cessent de demander des études toxicologiques, dans un premier temps refusées pas la direction. À force d’insistance, une première étude toxicologique met en évidence, en 1991, les propriétés mutagènes du C5.

À partir de 1992, une surveillance des salariés est mise en place et débouche, en 1994, sur la découverte d’un premier cancer du rein. En 2017, l’Association des Malades de la Chimie a recensé 43 cancers du rein ayant entraîné 13 décès et 3 oncocytomes (des précancers).

Le chloracétal C5 n’étant pas inscrit sur les tableaux des maladies professionnelles, la reconnaissance en maladie professionnelle de ces salariés est un combat compliqué que mène l’Association des Malades de la Chimie.

Si les salariés de l’entreprise bénéficient d’un suivi médical relativement efficace – qui ne les empêche pas de tomber malades, mais permet de détecter la maladie relativement tôt – tous les salariés des entreprises sous-traitantes (entretien, maintenance, et cætera) qui sont passés dans l’atelier de fabrication de la vitamine A ne sont ni identifiés ni suivis.

Chez Adisseo, il y a eu d’autres types d’expositions : amiante (55 malades jusqu’à présent), chlorure de vinyle (un angiosarcome du foie, maladie typique du chlorure de vinyle)…

Pour en savoir plus :

L'article de d'Olivier Pierraz sur son blog Médiapart

L'assemblée générale de l'Association des Malades de la Chimie

Le résumé de cette lutte sur le site de l'Association Henri Pézerat