Internet pour les nuls (ou ceux qui n'aiment pas ça !)

À l’heure où Internet est un vecteur de communication important, beaucoup sont encore perdus et on ne leur en voudra pas. C’est compliqué et quand c’est expliqué par des professionnels… ça le devient encore plus (si, si, je vous jure) !

Nom de domaine, hébergement, site internet... il y a quelques petites choses à savoir pour ne pas se sauter à l'eau les yeux...

Lire la suite...
Quand Word devient mon meilleur ami !

Je sais que beaucoup d’indépendants (avocats, huissiers, médecins, etc.) n’ont pas forcément les moyens de s’offrir les services d’une secrétaire, fut-elle indépendante et payée à la tâche comme votre serviteur.

Beaucoup d’entre vous se voient contraints de taper eux-mêmes leurs documents, parfois longs. Mêmes si les plus jeunes sont nés dans l’ère de...

Lire la suite...
La TVA, enigme des entrepreneurs !

Ça fait un moment que je fréquente un forum d’entrepreneurs. En fait ça fait un peu plus de six ans. Au départ pour trouver des informations, puis maintenant pour faire part de mon expérience et aider les autres.

J’apprécie généralement de voir ce qui se passe, d’aider les gens ou simplement de les rassurer alors...

Lire la suite...
Les copains d'abord !

Ils s’appellent Christian, Josette, Gérard, Yves ou Franck.

Ils habitent Brest, Riom-es-Montagne, Clermont-Ferrand, Givors, Toulouse, Montluçon, Commentry ou Albi.

Ils sont ouvriers, agriculteurs, jumpers (moi non plus, je ne connaissais pas !), peintres en bâtiment, verriers ou encore...

Lire la suite...
Ma boîte à outil !

Aujourd’hui, j’avais envie de parler politique, de parler de ces gens qui nous/vous traitent de #captateurs, mais ne paient pas leurs impôts (ou leur kiné, leur loyer, etc…), ceux qui viennent sauver la France (ou leur peau en récupérant un peu d’immunité), ceux qui s’occupent de leur carrière et de leurs ambitions avant de s’occuper de nous, mais non ! C’est trop...

Lire la suite...

J’ai testé pour vous… la publicité (payante) sur les réseaux sociaux !

Au mois de décembre, j’ai mis quelques euros pour tenter de faire de la publicité sur les réseaux pour Ma-Webassistante.com. Je vous explique en quelques mots ce que j’en ai pensé et ce que j’en ai retiré !

Le contexte

Ma-Webassistante.com (pour ceux qui ne le savent pas) est une petite entreprise individuelle dont la seule et unique main d’œuvre est constituée par votre serviteur. Je suis spécialisée dans la retranscription, notamment des dictées des professions juridiques (avocats, notaires, huissiers de justice) ou les expertises médico-légales, mais également la retranscription de réunions diverses (conseils d’administration, conseils municipaux, CHSCT, assemblées générales, etc.). Je fais également de la retranscription d’entretiens de sociologie. Cela représente environ 90 % de mon activité.

De manière tout à fait accessoire, je fais également d’autres prestations de services comme la mise en page de documents complexes (rapports, thèses, articles, etc.), la création de modèles de documents (courriers, rapports, etc.), la création de présentations PowerPoint, la récupération du texte des divers documents que vous recevez en PDF ou en image, la création ou la mise en forme de tableaux Excel, des fusions/publipostages sous Word, etc.

Je travaille uniquement à distance et ne vais jamais chez mes clients pour effectuer le travail sur place.

Quel type de publicité ?

J’ai voulu tester les publicités sur Facebook et sur Twitter dans le but d’amener des gens à visiter mon site internet. Je ne voulais absolument pas récupérer des followers ou des « J’aime », mais vraiment amener les gens à consulter le site internet (et plus si affinité, bien sûr !).

J’ai ciblé essentiellement le travail de retranscription, qui représente la grande majorité de mon chiffre d’affaires annuel. J’ai donc créé pour chaque réseau social une publicité que j’ai diffusée sur quelques jours, en limitant l’expérience à 10 euros à chaque fois.

la Publicité sur Facebook

La publicité est simple, elle reprend simplement une copie-écran d’un e-mailing à destination des professions juridiques qui présente les trois principaux services qui leur sont destinés, avec un texte de présentation et des « produits » Facebook qui pointent sur les bonnes pages de mon site :

screenshot www.facebook.com 2017 12 17 17 08 30

Sélectionner une audience n’est pas une chose simple sur Facebook quand on a une cible bien définie et précise. J’ai donc sélectionné les personnes situées en France, de plus de 25 ans et qui ont un intérêt pour les choses qui tournent autour de thèmes juridiques.

screenshot www.facebook.com 2017 12 17 17 22 41

La diffusion s’est faite sur 5 jours pour 10 euros au total. Au final, la publication a été vue 511 fois et j’ai eu une vingtaine d’interactions dessus. Si on élimine les copains qui suivent la page, seules deux personnes sont situées en France et elles n’avaient pas l’air, d’après leur profil, d’être dans ma cible de clientèle. Et au final, assez peu de visites sur mon site par rapport à d’habitude. Bref, pas de quoi s’extasier de mon côté.

screenshot www.facebook.com 2017 12 17 17 27 34

De plus, les statistiques sont assez limitées, il est assez difficile de corriger sa publication en fonction des résultats obtenus puisqu’on ne peut pas ou très difficilement voir qui a fait quoi sur votre publicité (ce qui n’est pas anormal et respecte plutôt bien la confidentialité des profils Facebook).

Je pense que ce réseau social est plus adapté pour de la publicité BtoC que du BtoB très ciblé comme c’est le cas pour moi.

La publicité sur Twitter

Pour ma publicité Twitter, j’ai dû très largement réduire le texte qui est encore limité à 140 caractères (du coup, ça fait un peu vieillot, je me suis bien habituée aux 280 caractères). Du coup, j’ai nettement moins ciblé et ma publicité était beaucoup plus généraliste et parlait de retranscription juridique, technique et pour la sociologie. J’ai mis une copie-écran de la page d’accueil de mon site.

screenshot twitter.com 2017 12 17 17 18 16

La publicité a été diffusée sur trois jours, toujours pour 10 euros. Sur Twitter, le ciblage est nettement plus facile ! Outre le fait de cibler les abonnés en France ou parlant français, on peut cibler des mots-clés ou les abonnés aux abonnés d’un compte. J’ai mixé les deux. Cibler les abonnés similaires m’a bien aidé puisque ma cible présente sur Twitter est susceptible de suivre un certain de comptes institutionnels dédiés à leurs métiers.

Les statistiques sont beaucoup plus précises que sur Facebook et on peut facilement ajuster son ciblage. Par contre, en choisissant des abonnés similaires à certains comptes, on part vite sur un grand nombre d’utilisateurs et le budget journalier passe rapidement. Problème, on ne peut pas choisir les heures de diffusion (ou je n’ai pas trouvé comment faire).

screenshot ads.twitter.com 2017 12 17 17 52 31 copie

Au final, la publicité Twitter m’a amené bien plus de résultats que la publicité sur Facebook. Mais globalement, il faut bien le dire, tout ceci n’est pas très intuitif et il faut vraiment fouiller et y passer du temps, notamment sur Twitter où les publicités sont regroupées par catégories, etc., et au final, tout ceci est très adapté aux grosses boîtes, nettement moins aux petites comme la mienne ! Mais c’est certainement une expérience à refaire et à affiner !